dimanche 30 décembre 2012

Bonne année - Happy new year

Eh bien voilà, nous y sommes, presque ! En 2013, je veux dire. On va sabler le champagne, enterrer l’année 2012, prendre des résolutions pour cette nouvelle année qui va commencer, et tout va recommencer...

Avant de prendre une pause et profiter de l'événement, j'adresse à tous mes lecteurs des vœux de très très bonne année 2013. Pour un an neuf, j’ai choisi une photo prise en Bretagne pour en faire ici ma carte de vœux. A tous, je souhaite d’être fidèle à votre rêve et une année fructueuse, ensoleillée, revigorante, riche en complicité, pleine d'échanges, de nouvelles découvertes, de bonne humeur, de bonheur, de bonne santé, de générosité et d'amour...

Je souhaite partager avec vous cette jolie phrase qui m’accompagne depuis toujours : « Ne t’attache en toi qu’à ce que tu sens qui n’est nulle part ailleurs qu’en toi-même et crée de toi, impatiemment ou patiemment, ah ! le plus irremplaçable des êtres ». (André Gide - Les Nourritures terrestres).

Bonne année à tous !

Crédit Baudouin N'G - Quelque part à Perros Guirec, dans les Côtes-d'Armor (Bretagne).

En même temps, je fais un clin d’œil à mon cher ami Christian, pour toujours dans mes pensées...

mercredi 26 décembre 2012

Lecture d'un soir...

Lecture d'un extrait de « Lettres à un jeune poète » de Rainer-Maria Rilke par Barbara.

Deux siècles de mode européenne (1700-1915) : Exposition aux Arts Décoratifs

Deux siècles de mode européenne (1700-1915) : Exposition aux Arts Décoratifs jusqu'au 14 avril 2013... Les Arts Décoratifs accueillent, une prestigieuse exposition présentée au Los Angeles County Museum of Art (LACMA) du 2 octobre 2010 au 27 mars 2011 puis au Deutsch Historisches Museum de Berlin du 27 avril au 29 juillet 2012.

Crédits DR - Robe à la française

Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-1915 célèbre l’acquisition, par le LACMA, de deux remarquables collections, celle de Martin Kamer et celle de Wolfgang Ruf, tous deux antiquaires et collectionneurs de costumes et de tissus anciens. Ce patrimoine reflète les principaux mouvements de mode en Europe du XVIIIe siècle à l’aube du XXe. L’exposition à la fois chronologique et thématique dévoile, de façon inédite près de cent silhouettes masculines et féminines, complètes et entièrement accessoirisées. Ces pièces provenant essentiellement de France, d’Angleterre et d’Italie présentent l’évolution des goûts en mettant l’accent sur les formes, les détails et les savoirs-faire.

Crédits Les Arts Décoratifs - Détail de robe à la française, Europe, vers 1725

Le parcours propose au visiteur quelques clefs de lecture : comment apparaît une mode ? Comment était réalisé un costume ? Des vues de détails présentées sur écran permettent d’apprécier le jeu subtil des fils de chaîne et de trame en soie ou métal, celui des précieuses broderies et d’autres ornements. Les variations de la silhouette sont, quant à elles, mises en lumière avec des gravures de mode. C’est dans un jeu de lumière, de miroirs et de parois courbes, tel un ruban se déroulant de vitrine en vitrine, que les œuvres sont dévoilées dans une scénographie signée par Frédéric Beauclair.

Crédits Les Arts Décoratifs - Paire de cuissardes, Europe, vers 1900

L’exposition s’ouvre sur la mode du XVIIIe siècle, faite d’influences réciproques et nourrie d’échanges incessants entre l’Orient et l’Occident. La mode se pare alors de chinoiseries, de turqueries et de broderies ou toiles venues d’Inde. Une robe au décor de petits Chinois et arabesques ainsi qu’un banyan illustrent cette thématique qui répond tant à la vision fantaisiste de l’exotisme qu’à celle de l’évolution des pratiques commerciales. La typologie des robes et des habits en cette fin du XVIIIe siècle oscille entre la prédominance de la France avec la solennité des vêtements de Cour et l’influence des Anglais et de leur élégante simplicité. Ainsi une somptueuse robe à la française présentée sur un corps à baleines et des paniers à l’impressionnante envergure s’oppose à une robe à l’anglaise plus courte et plus confortable.

Les pékins, taffetas, satins façonnés ou autres velours ciselés, dans lesquels sont taillés les costumes pour femmes ou pour hommes, sont pour la plupart réalisés par les fabriques de Lyon ou de Tours. Ces tissus révèlent l’exceptionnelle richesse des techniques de tissage. Leur exécution sur métier à bras, longue et coûteuse, en fait des produits de luxe. Lire ici

Noël encore...

Nous n'avons pas manqué à cette tradition de Noël qui est pour la plupart d'entre nous le symbole de la famille rassemblée, de gentils cadeaux, de bons moments de partage, de rire, de bonheur, de sapin, de père Noël, de l'émerveillement des enfants quand ils ont la chance d'avoir un foyer qui peut les gâter. Ainsi, j'ai eu une pensée donc pour ces enfants qui souffrent, qui campent sans abri quelque part dans le monde et qui souffrent de la famine.

Isaac et Lilian, 25 décembre 2012...

La guérison du monde (Frédéric Lenoir)

Si choisir un cadeau nous semble parfois difficile, je sais que le livre est bien souvent l'une des idées les plus efficaces pour faire plaisir à noël. J'en ai eu la preuve avec le dernier livre de Frédéric Lenoir.

Description de l'ouvrage : Ce début de XXIe siècle est traversé par une telle succession de crises écologique, économique et politique qu'on voit refleurir le vieux mythe de la fin des temps. Nous nous trouvons confrontés aujourd'hui à au moins dix bouleversements inédits dans notre histoire. Pour trouver une mutation similaire, il faut remonter non pas à la Renaissance, ni à la fin de l'Empire romain, mais au tournant du néolithique, lorsque, il y a plus de dix mille ans, les groupes humains abandonnèrent le mode de vie nomade pour se sédentariser. On assista alors à un changement radical du rapport de l'homme à lui-même et au monde, dont nous sommes les ultimes héritiers.

Aujourd'hui, ce n est pas la fin du monde que nous connaissons, mais la fin d'un monde, celui fondé sur la prééminence du cerveau rationnel et logique par rapport au cerveau émotionnel et intuitif, sur l'exploitation mercantile de la nature, sur la domination du masculin sur le féminin. Frédéric Lenoir montre ici que la guérison est possible. Illustrant les impasses de la fuite en avant (le progrès à tout-va) comme celles du retour en arrière (démondialisation, écologie radicale, intégrismes religieux), il exprime sa conviction que l'humanité peut dépasser cette crise planétaire par une profonde transformation de nos modes de vie et de pensée : rééquilibrage du masculin et du féminin, passage de la logique du « toujours plus » à celle de la « sobriété heureuse », de l égoïsme à la communion, de l'état de spectateur passif à celui d acteur responsable... Au-delà des rafistolages provisoires d'une pensée et d'un système à bout de souffle, une immense révolution est en marche : celle de la conscience humaine.


« L’homme est-il seulement un homo economicus ? Notre monde est malade, mais la crise économique actuelle, qui polarise toutes les attentions, n’est qu’un symptôme de déséquilibres beaucoup plus profonds. La crise que nous traversons est systémique : elle touche tous les secteurs de la vie humaine. Elle est liée à des bouleversements de nos modes de vie sans doute aussi importants que le tournant du néolithique, lorsque l’être humain a cessé d’être nomade pour devenir sédentaire. Il existe pourtant des voies de guérison.

En m’appuyant sur des expériences concrètes, je montre l’existence d’une autre logique que celle, quantitative et mercantile, qui conduit notre monde à la catastrophe : une logique qualitative qui privilégie le respect de la Terre et des personnes au rendement ; la qualité d’être au « toujours plus ». Je plaide aussi pour une redécouverte éclairée des grandes valeurs universelles – la vérité, la justice, le respect, la liberté, l’amour, la beauté – afin d’éviter que l’homme moderne mû par l’ivresse de la démesure, mais aussi par la peur et la convoitise, ne signe sa propre fin. » Frédéric Lenoir.

Après avoir parlé de la sagesse personnelle dans ses précédents ouvrages – Socrate, Jésus, Bouddha (Fayard), Petit traité de vie intérieure (Plon), L’Ame du monde (NiL) – Frédéric Lenoir pose ici les fondements philosophiques d’une sagesse pour notre temps ; une éthique de liberté et de responsabilité qui passe par la conversion de chacun d’entre nous, selon l’expression de Gandhi : « Soyez le changement que vous voulez dans le monde. »

dimanche 23 décembre 2012

Johann Sebastian Bach - Wachet auf ruft uns die Stimme - BWV 140

Ce matin, je ne vais pas à la messe. J'écoute, en la circonstance, cette cantate religieuse de Johann Sebastian Bach, (Wachet auf, ruft uns die Stimme : « Réveillez-vous ! » annonce la voix), connue aussi sous le nom de Cantate du Veilleur. Le texte et ses thèmes eschatologiques sont communément associés aux premiers dimanches de la saison de l'Avent aussi la cantate est-elle régulièrement jouée durant cette période.

J'aime beaucoup ce mouvement joué délicieusement par « The Amsterdam Baroque Orchestra & Choir » sous la direction de Ton Koopman


mercredi 19 décembre 2012

Retour en terre inconnue...

Hier soir, un SMS d'une amie m'a permis de m'asseoir confortablement pour regarder France 2 qui diffusait « Retour en terre inconnue », une déclinaison du magazine de Frédéric Lopez, « Rendez-vous en terre inconnue ». Il s'agissait d'un retour sur quatre des fameux voyages de célébrités à l'autre bout du monde qui permettait à Adriana Karembeu, Zazie, Gérard Jugnot et Gilbert Montagné de revenir sur les lieux qu'ils avaient découverts, il y a quelques années, grâce à l'émission.

J'ai laissé couler quelques larmes de bonheur en découvrant les émotions que produisent la rencontre de cultures. Devant ces peuples de l'autre bout du monde qui vivent à l'abri de l'existence d'une logique quantitative et mercantile mais qui sont heureux et ont un bonheur et une joie malgré tout, je partage l'analyse juste de Frédéric Lenoir (auteur d'un livre intéressant « La guérison du monde » publié chez Fayard) qui conclut sur ces mots qui me paraissent tout dire : « Pour être heureux, on a besoin d'amitié, d'amour, de communion avec la nature, de communion avec les autres, et on a besoin d'être en paix avec soi-même ». Ainsi soit-il... si Dieu me prête cette locution placée ordinairement à la fin des prières.

vendredi 14 décembre 2012

George Frideric Handel - Every valley shall be exalted

Une version de Ian Bostridge, ténor anglais accompagné par Orchestra of the Age of Enlishtenment sous la direction de Harry Bicket.

Chambon la Forêt...

Pendant la période de noël, les villages qui ont l'habitude d'installer des décorations dans la rue rivalisent d'idées pour offrir au public des lieux joyeusement décorés et spécialement dédiés aux enfants. C'est une tradition qui est devenue un rendez-vous annuel incontournable.

En même temps, l'incapacité ou la difficulté désormais avérée de certains comités de fête de composer une décoration de noël susceptible de plaire au public se met en évidence et se fait sentir.

Ce soir, avec mes petits-enfants, nous postons la lettre au père noël et contemplons les décorations de noël de Chambon la Forêt. Dans ce village, il y a un peu plus de douze ans, Joe Chaploteau et son ancienne équipe du comité des fêtes ont mis en place le style qui s’est révélé au fil des temps pour devenir (presque) un savoir faire chamboniot. Les remplaçants successifs à la tête du comité des fêtes de ce village ont gardé cette idée de considérer que noël est un rendez-vous pour faire rêver les enfants.






Crédits Baudouin N'G - Décorations de noël vues à Chambon la Forêt, Décembre 2012

vendredi 7 décembre 2012

Johann Sebastian Bach : Choral Prelude Wachet auf rüft uns die Stimme BWV 645

Salvador Dalí - Oeuvres sur papier 1931 - 1981: Exposition à la Galerie Messine

Salvador Dalí - Oeuvres sur papier 1931 - 1981: Exposition à la Galerie Messine jusqu'au 23 février 2013... Le centre Georges Pompidou accueille cet hiver en son sein l'œuvre d'un des plus grands maîtres du XXème siècle, Salvador Dali. A cette occasion, la galerie Messine a choisi de prolonger l'exploration de cette immense production artistique à travers un accrochage d'une cinquantaine d'oeuvres sur papier.

Crédits Salvador Dalí - Machine à coudre

L'apport de cet ensemble varié de dessins, gouaches et aquarelles, en miroir avec les tableaux phares de l'exposition du Centre Georges Pompidou, permettra d'étendre notre regard et notre compréhension sur la personnalité singulière d'une création dont la force réside avant tout dans le jeu, l'excentricité, l'audace. Profondément classique dans son processus de création, admirant les grandes figures de la seconde Renaissance pour leur sens aigu du dessin, Dali est aussi homme de son temps : acteur du mouvement surréalisme et inventeur de méthodes et de techniques insolites ; l’artiste aux mille visages n’a de cesse de questionner par la radicalité de son style.

L' exposition dans la diversité de ses propositions, cherche à mettre en lumière la nature d'une œuvre qui d'un même élan offre une relecture des maîtres classiques, et ouvre l'art de la peinture à une modernité délirante et grinçante. Lire ici

A chacun son anniversaire...

« Puisse chacun avoir la chance de trouver justement la conception de la vie qui lui permet de réaliser son maximum de bonheur ». [Friedrich Nietzsche]

Ce soir, je lève le verre pour mon anniversaire et vous êtes invités à le partager avec moi...


Crédit photo è molto goloso - Tchin-tchin
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...