dimanche 26 février 2017

Camille Pissarro - Le premier des impressionnistes : Exposition au musée Marmottan Monet

Camille Pissarro - Le premier des impressionnistes : Exposition au musée Marmottan Monet jusqu'au 2 juillet 2017...
Le musée Marmottan Monet présente la première exposition monographique Camille Pissarro organisée à Paris depuis 36 ans.
Quelque soixante-quinze de ses chefs-d’œuvre, peintures et tempéras, provenant des plus grands musées du monde entier et de prestigieuses collections privées, retracent l'œuvre de Camille Pissarro, de sa jeunesse dans les Antilles danoises jusqu’aux grandes séries urbaines de Paris, Rouen et Le Havre de la fin de sa vie. Considéré par Cézanne comme « le premier des impressionnistes », Pissarro est l’un des fondateurs de ce groupe.

Il est également le seul à participer à leurs huit expositions. Compagnon et ami fidèle de Monet, maître de Cézanne et de Gauguin, inspirateur de Seurat, défenseur de Signac, Pissarro est un artiste majeur et incontournable. Intellectuel polyglotte, engagé et militant, à l’écoute des jeunes générations, son œuvre, puissante et en perpétuelle évolution, offre un panorama unique des recherches qui ont animé les cercles impressionnistes et postimpressionnistes de la seconde moitié du XIXème siècle. Lire ici


Crédits Affiche de l'exposition Camille Pissarro - Le premier des impressionnistes

Georg Friedrich Haendel : Semele - Where'er you walk

Mon rendez-vous avec Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton...

Jeudi après-midi, malgré la pluie fine, moment d'émotion particulière pour la visite très attendue d'Icônes de l'art moderne, la Collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton à Paris. Nous avions le sourire aux lèvres pour découvrir le plus beau des musées russes présent depuis quelques mois à Paris et pour apprendre à mieux connaître Sergueï Chtchoukine (1854-1936), ce visionnaire incroyable qui défendit l'avant-garde française avant tous et dont la passion se traduit par une cathédrale de chefs-d'œuvre.

Je n'ai pas (encore) eu l'occasion de visiter les musées de l’Ermitage à Saint Petersbourg et Pouchkine à Moscou pour admirer les œuvres de la collection de Sergueï Ivanovitch Chtchoukine, mais je me réjouis d'avoir eu la chance de voir une partie de sa collection en admirant des œuvres de Claude Monnet, Degas, Cézanne, Gauguin, Picasso, Van Gogh, Matisse, Renoir, Derain, Le Douanier Rousseau...
Quelques 158 œuvres sont exposées et reparties dans 14 salles et 4 étages d'exposition. Soit 127 œuvres de la Collection Chtchoukine dont 22 Matisse, à qui une salle entière est dédiée, 29 Picasso dont beaucoup de toiles cubistes, 12 Gauguin essentiellement de la période tahitienne, 8 Cézanne et 8 Monet...
À Paris, l’exposition donne à voir 127 des 278 œuvres acquises par Chtchoukine auprès de ceux qui sont aujourd’hui les peintres les plus cotés au monde, mais qui à l’époque étaient souvent peu connus ou peu appréciés.

C'est sans aucun doute l'évènement culturel de l'année et une exposition majeure dont on ressort ébloui. C'est fabuleux et bouleversant de voir de tels chefs-d’œuvre de nos plus grands peintres de l’art moderne ! On ne reverra pas ça de sitôt.














Crédits Baudouin N'G - Mon rendez-vous avec la Collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton..., Février 2017

mardi 21 février 2017

Exposition à Souesmes en sologne...

Dimanche après-midi, nous profitons du temps clément pour aller visiter l'exposition organisée par l’association "Artistement Vôtre en Sologne" et consacrée aux travaux de Patrice Bourdin, peintre pastelliste et Marc Habarnau, sculpteur, à Souesmes.
Marc Habarnau, avec qui nous avons beaucoup discuté et ri, avait participé à l'exposition de Cerdon dans le cadre de l'exposition d'art contemporain "ART-GENS". Ces quelques photographies rendent compte de la qualité de l'exposition...






Crédits Baudouin N'G - Expo au hasard en sologne...

Vermeer et les maîtres de la peinture de genre : Exposition au musée du Louvre

Vermeer et les maîtres de la peinture de genre : Exposition au musée du Louvre du 22 février au 22 mai 2017...
C’est une exposition-événement que le musée du Louvre, en collaboration avec la National Gallery of Ireland et la National Gallery of Art de Washington, organise autour de la figure aujourd’hui si célèbre de Vermeer. Réunissant pour la première fois à Paris depuis 1966 douze tableaux de Vermeer (soit un tiers de l’œuvre connu du maître de Delft), l’exposition explore le réseau fascinant des relations qu’il a entretenues avec les autres grands peintres du Siècle d’or hollandais.

Les prêts exceptionnels consentis par les plus grandes institutions américaines, britanniques, allemandes et bien sûr néerlandaises, permettent de montrer Vermeer comme jamais auparavant. La légende d’un artiste isolé dans son monde inaccessible et silencieux s’efface, sans pour autant que Vermeer tende à n’être plus qu’un peintre parmi d’autres. En réalité, mis au contact de celui des autres, son tempérament d’artiste, au contraire, se précise, s’individualise. Plus qu’un lanceur de styles, Vermeer apparaît comme un peintre de la métamorphose.

Vermeer, c’est le « Sphinx de Delft ». Cette expression fameuse, due au Français Théophile Thoré-Bürger lorsqu’il révéla le peintre au monde à la fin du XIXe siècle, a largement figé la personnalité artistique de Vermeer dans une pose énigmatique. Le mythe du génie solitaire a fait le reste. Johannes Vermeer (1632-1675) n’est cependant pas parvenu à son degré de maîtrise et de créativité en restant coupé de l’art de son temps.

Cette exposition cherche à démontrer, au moyen de rapprochements avec les œuvres d’autres artistes majeurs du Siècle d’or à l’image de Gérard Dou, Gerard ter Borch, Jan Steen, Pieter de Hooch, Gabriel Metsu, Caspar Netscher ou encore Frans van Mieris, l’insertion de Vermeer dans un réseau de peintres, spécialisés dans la représentation de scènes élégantes et raffinées — cette représentation faussement anodine du quotidien, vraie niche à l’intérieur même du monde de la peinture de genre. Ces artistes s’admiraient, s’inspiraient mutuellement et rivalisaient les uns avec les autres. Lire ici


Crédits © Musée du Louvre / Angèle Dequier - Johannes Vermeer, La dentellière, Musée du Louvre, 1669/1670

Prochaine visite de jardin...

Du 15 avril au 10 septembre 2017, le Jardin Retiré ouvre ses portes aux passionnés de jardin. Situé à Bagnoles de l'Orne, station thermale en plein cœur de la forêt d'Andaine, le Jardin Retiré évoque le charme, la douceur et un certain art de vivre avec la nature.
Le Jardin Retiré est référencié dans "Parcs et Jardins de France".


J'ai compris...

« J'ai compris que le bonheur, ce n'est pas de vivre une petite vie sans embrouilles, sans faire d'erreurs ni bouger. Le bonheur c'est d'accepter la lutte, l'effort, le doute, et d'avancer, d'avancer en franchissant chaque obstacle » . (Les yeux jaunes des crocodiles - Katherine Pancol)

Crédits / Image glanée sur la toile...

vendredi 17 février 2017

Ysé Sauvage - I don't Mind

8ème édition du parcours d'art contemporain « ART-GENS » à Cerdon du Loiret

Ce matin, malgré un brouillard aveuglant sur la route, avec mes amies de l'association "Sarcelle et Bout d'ficelle" de Cerdon du Loiret, rendez-vous chez l'imprimeur pour valider le bon à tirer des impressions de catalogues, affiches, flyers et invitations de la 8ème édition de l'exposition d'art contemporain "ART-GENS" qui aura lieu les 22 et 23 avril 2017

Depuis 8 ans, l'exposition "ART-GENS" , l'art chez les gens, séduit par sa présentation originale .Sa qualité attire chaque année beaucoup de visiteurs à Cerdon du Loiret durant le week-end qui suit Pâques.

Cette année, les organisateurs ont sélectionné 11 artistes de talent que vous pourrez découvrir en parcourant le cœur du village, dans cinq lieux privés, ouverts gratuitement au public de 10h à 19h.

Ainsi vous pourrez découvrir les œuvres des artites suivants : Céline RANGER, peintre; Frans GREGOOR, céramiste; Philippe FAUTREZ, sculpteur; Sophie MASSON, peintre; Didier DANTRAS, sculpteur; Ewa MAZUR-DEVAUX, peintre; Bernard ANCILLON, sculpteur; Olivier CAUX, sculpteur; Marie-Geneviève HAVEL, peintre, graveur, infographiste; Dominique LEGROS, céramiste et Laurent MARIE, sculpteur.

Je suis invité au vernissage de l'exposition qui aura lieu le vendredi 21 avril à partir de 18h30.


Crédits "Sarcelle et Bout d'ficelle" - Exposition d'art contemporain "ART-GENS"

A propos de la lecture...

Sur le site de France Inter, je tombe, par hasard, sur une émission dont la philosophe et féministe, Elisabeth Badinter, était l'invitée. A la question : Qu'est ce qu'un bon livre ?
Elisabeth Badinter répond " C 'est un livre qu'on ne quitte plus. Dans ma vie plusieurs livres m'ont passionnée, c'est le livre que vous lisez même en voiture; ça n'est pas raisonnable. Ce sont des livres qui vous chamboulent et dont on se souvient toute sa vie. Aucun autre média ne peut vous donner cela. Les deux livres : Tanguy, de Michel del Castillo, c'est à lui que je donne d'être devenue une lectrice enragée. Le deuxième livre, c'est "Ainsi soit-elle" de Benoîte Groult"

Plus surprenant, Elisabeth Badinter rajoute "Ce sont [les femmes] qui s’enrichissent le plus. Ce sont elles qui trouvent à travers la lecture l’occasion de combattre des préjugés, ne pas rester dans des stéréotypes acquis une fois pour toutes. Le lecture est une ouverture sur le monde, dont on ne peut pas se passer.
Laissez-moi vous dire que si les hommes lisent moins, ils sont probablement moins intelligents.Les femmes lisent le plus car ce sont elles qui s'enrichissent le plus. Les hommes lisent moins et au final ils sont probablement moins intelligents".

Je ne suis pas convaincu de la véracité des ces propos. Les hommes, mettons-nous vite à la lecture pour prouver le contraire !


Crédits ici

mardi 14 février 2017

Envie d'écouter ça... : The Pearl Fishers - Au fond du temple saint de Georges Bizet

Envie...

C'est terrible quand l'envie nous prend ! Ce midi, justement, j'avais envie de déguster un bon morceau de viande comme celui-ci mais... nos envies ne sont pas toujours satisfaites comme on voudrait. Alors, ça sera pour la prochaine fois, je l'espère.
Vous ne le savez sûrement pas, je suis gourmand de...


Crédits ici

Saint Valentin...

L’amour ne meurt jamais de mort naturelle. Il meurt parce que nous ne savons pas revenir à sa source. Il meurt d’aveuglement, d’erreurs et de trahisons. Il meurt de maladie et de blessures; il meurt de lassitude, il dépérit et se ternit. ( Les chambres du cœur de Anaïs Nin - Anaïs Nin )

Crédits ici

lundi 13 février 2017

Lecture du moment : Danser au bord de l'abîme de Grégoire Delacourt

Sur mon bureau, Danser au bord de l'abîme de Grégoire Delacourt...

Cet abîme au bord duquel va danser Emma, l'héroïne de ce roman de Grégoire Delacourt "Danser au bord de l'abîme", c'est celui du désir, de l'attraction fatale que va éprouver cette épouse pourtant heureuse et mère comblée de trois enfants pour un inconnu qu'elle remarque à l'heure du déjeuner dans une brasserie du Vieux-Lille. Son destin est scellé, leurs vies vont basculer, elle ne le sait pas encore.

Abandonner ses enfants, c'est ce que décide de faire Emma, l'héroïne incandescente de Grégoire Delacourt, pour rejoindre Alexandre, l'homme qui la fascine. Mais voilà, à 40 ans et mariés tous les deux, la liberté a un prix...


Crédits Baudouin N'G - Lecture du moment : Danser au bord de l'abîme de Grégoire Delacourt, Février 2017

Des nouvelles de la ferme du Hallier et Loïc Mercier...

Je confie à ce blog cette vidéo de la ferme du Hallier, citée à plusieurs reprises, comme dans l"article de 2008 à lire ici...

Au Bistro Le 443 : Petit moment de bonheur...

En tête à tête avec mon fils, un déjeuner au restaurant. C’est une cuisine à quatre mains qui se joue tous les jours au Bistro Le 443. Aux commandes de ce petit bonheur de bouche, un chef donc, Jean-Louis Jama. Il faut le voir en pas de deux dans la cuisine ouverte, assurant les compositions avec son équipe, affinant les harmonies et délivrant une cuisine généreuse, réjouissante de savoir-faire et d’inventivité.

Vous l’avez compris, il faut très vite aller à la rencontre de Jean-Louis et Fedora Jama, son épouse. Sans conteste mes chouchous de tout le temps !


Crédits A.Z - Au Bistro Le 443... février 2017

Rencontre avec Natacha Mondon et Eric Pierre...

Samedi dans la soirée, visite à la Galerie Natacha Mondon et Eric Pierre , rue de Bretagne à la Selle sur le Bied, pour le vernissage de l'exposition "Les Métamorphoses de l'Amour", petit clin d'œil à la Saint Valentin à venir. Cette exposition dévoile au travers de sculptures réalisées en verre, en bronze ou en terre, les ouvrages sur leur conception de l'éternel amour...

Natacha Mondon et son mari Eric Pierre sont créateurs verriers, mais aussi céramistes, peintres et sculpteurs. Ils conçoivent et réalisent de grands ensembles pour les Monuments Historiques, les sites patrimoniaux et la décoration d’intérieur.

D’abord sculpteurs, et par la complémentarité de leurs parcours (Beaux-Arts de Paris, École Boulle) et de leurs inspirations, Natacha et Pierre réalisent dans le bronze, la pierre, le bois, l’acier, le verre et la terre cuite vernissée, des œuvres d’une grande diversité.
Natacha Mondon est déjà présente dans de nombreuses collections privées à travers le monde. Certaines de ses œuvres sont éditées en série limitée et numérotée pour la célèbre cristallerie Daum.

C'est magnifique ! L'exposition dure jusqu'au 30 avril 2017.









Crédits Baudouin N'G - Rencontre avec Natacha Mondon et Eric Pierre, Février 2017

mardi 7 février 2017

Lecture du moment : Les bottes suédoises de Henning Mankell

En ce moment, lecture du roman de Henning Mankell qu'une amie m'a conseillé de découvrir...

Fredrik Welin, médecin à la retraite, vit reclus sur son île de la Baltique. Une nuit, une lumière aveuglante le tire du sommeil. Au matin, la maison héritée de ses grands-parents n'est plus qu'une ruine fumante. Réfugié dans la vieille caravane de son jardin, il s'interroge : à soixante-dix ans, seul, dépossédé de tout, a-t-il encore une raison de vivre ? Mais c'est compter sans les révélations de sa fille Louise et, surtout, l'apparition d'une femme, Lisa Modin, journaliste de la presse locale. Tandis que l'hiver prend possession de l'archipel, tout va basculer de façon insensible jusqu'à l'inimaginable dénouement.


Après l'immense succès des Chaussures italiennes, auquel il fait suite, Les Bottes suédoises brosse le portrait en clair-obscur d'un homme tenaillé par le doute, le regret, la peur face à l'ombre grandissante de la mort ¿ mais aussi la soif d'amour et le désir ¿ , d'un être amené par les circonstances à revisiter son destin et à reprendre goût à la vie. Tel est l'ultime roman de Henning Mankell : une œuvre d'une sobriété élégiaque et poignante, traversée et portée par la beauté crépusculaire des paysages.

lundi 6 février 2017

Vitamines pour l'optimisme...

« Il y a des gens avec qui l’on passe une grande partie de sa vie et qui ne vous apportent rien. Qui ne vous éclairent pas, ne vous nourrissent pas, ne vous donnent pas d’élan. Encore heureux qu’ils ne vous détruisent pas à petit feu en se suspendant à vos basques et en vous suçant le sang.
Et puis...
Il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie. » (Katherine Pancol - Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi)


Crédits ici

Galerie : L'Art en Tête à la Ferté Imbault ...

J'ai eu l'occasion de visiter la galerie " L'Art en Tête " à la Ferté Imbault en Sologne. Plus de 30 artistes y sont représentés avec une collection impressionnante sur deux étages mêlant l'art contemporain et l'art animalier. J'y ai vu de belles œuvres dans une proposition réellement convaincante et une mise en valeur remarquable.







Crédits Baudouin N'G - Galerie : L'Art en Tête à la Ferté Imbault, Février 2016
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...