mercredi 7 février 2018

Natalie Dessay & Delphine Haidan - Duo des fleurs - Lakmé de Léo Delibes

En attendant de revoir le jardin...

Ce matin, je découvre mon jardin recouvert de neige. Même si c'est absolument fabuleux, j'ai hâte de savoir ce qui se cache sous ce manteau blanc.
Vivement le printemps pour entendre les oiseaux chanter, redécouvrir les plantes qui bourgeonnent, les fleurs qui colorent la nature et le soleil qui illumine nos journées...























Crédits Baudouin N'G - Jardin (Nibelle), été 2017

Lecture du moment : En écartant les branches de Marieke Aucante

En ce moment, lecture de ce roman "En écartant les branches" qui "est (me dit-on) une ode au sexe, à l'amour, au bonheur, à la nature mais aussi à la vie...
En "écartant les branches" de Marieke Aucante – Editions Marivole


Hermine de Saint Marc découvre la Sologne, la forêt, sa beauté, son mystère, sa secrète profondeur… Les fragrances d’un printemps humide et ses verts tendres, un automne à cor et à cri, les brouillards et la pureté d’un hiver rigoureux aux ciels bleu métal. Délaissée par un mari qui lui préfère la politique Hermine s’abandonne au désir, aux plaisirs de la chair, à la liberté première avec son garde-chasse. Une femme nouvelle découvre la promesse de la résurrection spirituelle et charnelle, dans une quête de l’absolu?! En écartant les branches, la jeune Hermine de Saint-Marc épouse la nature originelle, la vérité des choses. Une passion dévorante surgit au cœur de la forêt… Jusqu’à ce drame.

Lecture du moment : « L’amour après » de Marceline Loridan-Ivens

Une amie me recommande de regarder en replay l'émission "La Grande Librairie " diffusée hier vendredi à la télévision France 5. Elle me promet d'acheter le livre concerné...

Marceline Loridan-Ivens se souvient… Avec la complicité de Judith Perrignon, la cinéaste présente son récit hors du commun et poignant dans « L’amour après » aux éditions Grasset.


« Le téléphone sonne. C’est Charlotte qui m’appelle d’Israël. Nous étions dans la même classe à Montélimar. Elle a été arrêtée après moi, mais je ne l’ai pas croisée à Birkenau.

- Qu’est-ce que tu fais en ce moment ? demande-t-elle.
- Je travaille sur l’amour. Un silence alors, comme si le mot amour s’égarait, se cognait dans sa tête. Elle ne sait qu’en faire.
- L’amour au camp ou quoi ?
- Après les camps.
- Ah, c’est mieux. L’amour au camp, j’en ai pas vu beaucoup. »



Comment aimer, s’abandonner, désirer, jouir, quand on a été déportée à quinze ans ? Retrouvant à quatre-vingt-neuf ans sa « valise d’amour », trésor vivant des lettres échangées avec les hommes de sa vie, Marceline Loridan-Ivens se souvient...
Un récit merveilleusement libre sur l’amour et la sensualité. Une véritable leçon de vie et d'amour qui vous plonge dans les souvenirs de l’auteure et du Paris d’après-guerre...

James Arthur - Naked

Sur la vie avant et après...

« Les humains se demandent souvent s’il existe une vie après la mort. Nous ferions mieux de nous poser la question de la vie que nous sommes en train de mener avant notre mort ! » ( Pierre Rabhi )

samedi 3 février 2018

Etre moderne - le MoMA à Paris : Exposition à la Fondation Louis Vuitton

Etre moderne - le MoMA à Paris : Exposition à la Fondation Louis Vuitton jusqu'au 5 mars 2018...
La Fondation Louis Vuitton propose, dans l’ensemble des espaces de l’architecture de Frank Gehry, une exposition exceptionnelle consacrée à la collection du MoMA présentant plus de deux cents chefs d’œuvre et pièces maîtresses du musée new yorkais. Cette exposition met en avant le rôle fondateur du musée, de ses conservateurs et du programme d’expositions qui l’ont accompagné, dans l’écriture de l’histoire de l’art du XXe et XXIe siècle.


L’exposition « Être moderne : le MoMA à Paris » réunit un ensemble représentatif d’œuvres dont le MoMA a fait l’acquisition depuis sa création en 1929. Elle comprend des chefs-d’œuvre allant de la naissance de l’art moderne à la période la plus contemporaine, en passant par l’abstraction américaine, le minimalisme et le pop art. Une sélection pluridisciplinaire de 200 œuvres, provenant des six départements du MoMA et reflétant l’histoire et les choix de ce musée mythique, occupera l’ensemble du bâtiment de la Fondation.

Parmi les 200 pièces présentées à la Fondation Louis Vuitton figurent des chefs-d’œuvre de Paul Cézanne, Gustav Klimt, Paul Signac, Ernst Ludwig Kirchner, Pablo Picasso, Henri Matisse, Giorgio de Chirico, Edward Hopper, Max Beckmann, Ludwig Mies van der Rohe, Marcel Duchamp, Francis Picabia, Alexander Calder, René Magritte, Walker Evans, Yayoi Kusama, Willem de Kooning, Barnett Newman, Jasper Johns, Yvonne Rainer ou Frank Stella… La sélection alternera chefs-d’œuvre reconnus et œuvres moins familières du public mais tout aussi significatives. Sont également présentées des archives du MoMA, rarement exposées, retraçant l’histoire du Musée et permettant de contextualiser les œuvres.

lundi 29 janvier 2018

César la rétrospective : Exposition au Centre Pompidou

A découvrir jusqu’au 26 mars 2018 !

Le Centre Pompidou consacre une rétrospective complète et inédite à son œuvre. L’œuvre de cette figure majeure du Nouveau Réalisme restait une des rares à ne pas se voir consacrer une manifestation d’ampleur au Centre Pompidou.

La rétrospective de l’œuvre de César présentée par le Centre Pompidou coïncide avec le vingtième anniversaire de la mort de l’artiste. Illustre dès l’âge de 25 ans, César a vécu plus de cinquante années de création. Il est la dernière figure majeure du Nouveau Réalisme dont l’œuvre n’a pas encore fait l’objet d’une rétrospective au Centre Pompidou. À travers une centaine d’œuvres présentées dans la plus vaste de ses galeries d’expositions, le Centre Pompidou propose de découvrir, dans toute son intégrité et sa richesse, le parcours de l’un des plus grands sculpteurs de son temps. Avec les œuvres majeures les plus célèbres, comme à travers certains cycles plus méconnus, cette rétrospective présente un ensemble inédit à ce jour.


Crédits:César la rétrospective : Exposition au Centre Pompidou

mardi 23 janvier 2018

Envie...

Pour mon dessert, j'avais envie d'un gâteau et une boule de glace comme ceci mais... nos envies ne sont pas toujours satisfaites comme on voudrait. Alors, ça sera pour la prochaine fois, je l'espère. Vous ne le savez sûrement pas, je suis gourmand de...

Crédits

lundi 22 janvier 2018

Wolfgang Amadeus Mozart - O Isis und Osiris - Air de Sarastro (La Flute Enchantée)

"La musique est peut-être l'exemple unique de ce qu'aurait pu être - s'il n'y avait pas eu l'invention du langage, la formation des mots et l'analyse des idées - la communication des âmes". [Marcel Proust dans Extrait de La Prisonnière]


O Isis und Osiris (littéralement Ô Isis et Osiris) est le premier air chanté par Sarastro, souverain du Royaume de la Lumière, une basse, et les prêtres dans l'opéra de Mozart La Flûte enchantée.
Le texte est tiré du livret en allemand de l'ami de Mozart, Emanuel Schikaneder, qui jouait aussi le rôle de Papageno lors de la première représentation.

Traduction française :
SARASTRO
Ô Isis et Osiris
accordez la sagesse au nouveau couple !
Dirigez vers eux les pas du voyageur
et accordez-leur la fermeté dans le danger.
LES PRÊTRES
Accordez-leur la fermeté dans le danger.
SARASTRO
Montrez-leur les fruits de leurs épreuves.
Mais s’ils devaient y succomber,
récompensez encore l’audace de leur vertu
et accueillez-les dans votre demeure !
LES PRÊTRES
Accueillez-les dans votre demeure !

Se faire plaisir pour être heureux...

L'autre jour, discussion avec une amie, sur la différence entre le plaisir et le bonheur. Elle se sent heureuse, pas tous les jours, pas tout le temps, mais globalement il lui semble (à juste titre) que sa vie est une vie heureuse.

C'est dans ce texte de Bernadette Costa-Prades, lu dans la revue Psychologies, que je trouve une partie de la réponse à son interrogation...

« Les petits bonheurs de la vie modèrent le stress, améliorent notre humeur, nous rendent plus forts face à l’adversité. Mais nous ne sommes pas égaux dans notre capacité à les apprécier. Heureusement, cela s’apprend.

Certains sont incroyablement doués pour grappiller les petits bonheurs dans le flux des contraintes de la vie, indépendamment des ennuis qu’ils rencontrent. « Je me souviens de ma belle-mère, qui avait des soucis d’argent, de couple, mais ne laissait jamais passer une occasion de s’accorder un petit plaisir, témoigne Béatrice, 45 ans. Même très malade, elle nous demandait de l’installer dans le jardin, face à ses roses, et soupirait d’aise. Elle m’a donné une jolie leçon, moi qui avais toujours vu mes parents se plaindre alors qu’ils avaient une vie matérielle beaucoup plus agréable. »

Crédits

Éprouver du plaisir modère le stress, améliore notre humeur, nous rendant plus forts face à l’adversité. « À chaque fois que nous le rencontrons, un système de récompense se déclenche dans notre cerveau, libérant de la dopamine, rappelle le psychiatre François Lelord. Cette substance entraîne des sensations agréables, ce qui nous motive à renouveler l’expérience. »

Certes, la succession de petits plaisirs donne de la saveur à la vie, mais font-ils pour autant notre bonheur ? « En grande partie, répond-il, bien que le lien de causalité soit difficile à établir : est-ce leur somme qui nous rend heureux... ou les gens heureux qui ont plus de disposition à se les accorder ? Sans doute les deux. » Bien sûr, il ne s’agit pas d’un besoin vital, nous pouvons passer notre vie à les bouder, mais, incontestablement, elle sera nettement moins riche. Car l’art de se faire plaisir ne relève pas uniquement d’une bonne nature : il signe d’abord et surtout le fait que nous nous sentons suffisamment libres dans notre tête pour oser nous l’offrir...

C’est dans cette liberté psychique que se nichent les enjeux du plaisir. »

( Je me suis fait mon idée. Et vous, vous en pensez quoi du plaisir ?)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...